vendredi 4 avril 2014

Une nuit à bord de Tara…


Mardi 1er avril, le soleil nous accompagne jusqu’en rade de Cherbourg où nous devons embarquer sur Tara, ce bateau unique et mythique qui parcourt les océans de la planète à des fins scientifiques.
Tara © Erik Levilly

Le zodiac vient nous chercher aux alentours de 18h30 dans le port de plaisance de Cherbourg, direction Tara en mouillage au large. L’accueil à bord est chaleureux et convivial. Nous prenons nos marques et observons les marins qui s’affairent en attendant notre visite guidée du pont par le Capitaine Martin Hertau. Conscients de la chance qui nous est offerte d’être à bord, nous ouvrons bien grand les écoutilles et profitons du moment. La conception du bateau est surprenante : 36 mètres de long, 10 mètres de large, 2 mâts de 30 mètres et surtout une coque arrondie qui lui permet de résister aux fortes pressions exercées par les glaces. L’histoire de Tara est passionnante ; ponctuée de moments parfois difficiles et de belles découvertes. Le capitaine est intarissable sur son navire ...

L'équipage en manoeuvre © Mylène Colas

Autour d’un verre de l’amitié, les membres de l’équipage nous racontent leur quotidien à bord, un quotidien à 14 ! Une vie en communauté qui requiert d’être « multifonctions ». Chaque membre du crew de Tara est bien sûr recruté pour sa grande connaissance de la navigation et les compétences spécifiques liées à son poste, mais aussi pour sa faculté à vivre avec les autres. On ne s’y trompe pas, à peine monté à bord de Tara, on s’y sent chez soi.
Martin Hertau © Erik Levilly

Une fois notre soif de connaissances épongée, le dîner nous est servi vers 21 h. Être chef cuisinier à bord n’est pas le poste le plus aisé, il faut savoir cuisiner en grande quantité dans un espace restreint mais aussi savoir varier et optimiser !
Une fois le repas terminé c’est l’heure des grandes manœuvres pour quitter Cherbourg. Nous levons l’ancre, l’équipage prépare le bateau pour la traversée, le capitaine est en contact avec la Capitainerie pour le feu vert. Ce soir, la mer est calme, la nuit est noire et étoilée, il est 22h15…
A bord, pendant la nuit, 3 équipes se relaient selon les horaires suivants : 20 h / minuit, minuit / 4 h et 4 h / 8 h. Nous participons au 1er quart puis nous nous dirigeons vers nos cabines peu avant minuit. Nous sommes gentiment bercés par la houle, la route se poursuit vers Le Havre.
7 h du matin, le bateau se réveille doucement, nous profitons d’un joli lever de soleil.
Lever de soleil sur Tara © Mylène Colas

8 h 50, nous commençons à apercevoir Le Havre et son architecture typique, le vent s’est un peu levé, le capitaine décide d’hisser les voiles. La manœuvre est physique et bien rodée !
Le bateau prend vraiment une autre dimension avec ses voiles au vent, nous sommes comme des enfants devant ce magnifique 2 mâts.
A partir de 11 h, nous nous engageons dans le port du Havre, le capitaine veille, aidé de Matthieu sur le zodiac qui l’accompagnera dans le demi-tour final. Un comité d’accueil nous attend avec impatience, nous franchissons non sans difficulté le pont Paul Vatine, le son des cornemuses nous salue et motive l’équipage pour la manœuvre finale.
14 h, l’heure pour nous de toucher à nouveau la terre ferme, non sans regret après cette courte mais merveilleuse expérience…


Arrivée au Havre © Laurent Bréard






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour poster un commentaire, votre nom/prénom ou pseudo sont obligatoires. Sélectionnez le profil Nom/Url, puis dans le champ "Nom" indiquer votre nom/prénom ou pseudo. Vous pouvez laisser le champ "URL" vide ou associer l'adresse d'un site à votre nom.